Notre histoire

Aimer à l’ULB lutte depuis sa création pour des objectifs de responsabilité, d’épanouissement et de liberté dans les relations affectives et sexuelles.

Le contrôle de sa fécondité, et des droits économiques, sociaux et politiques égaux à ceux de l’homme ont donné à la femme un statut de citoyenne à part entière.

Aimer à l’ULB a participé à tous les combats pour libéraliser la contraception, l’avortement et l’éducation sexuelle.

Marc Abramowicz, fondateur.

Aimer à l’ULB a été crée en 1968 par Marc Abramowicz.

Sa création s’insère dans un projet socio-politique concernant la sexualité.

A l’époque, toute publicité concernant la contraception était interdite. Ce fut une des premières luttes pour permettre l’accès à la contraception.
Ensuite il y a eu la lutte pour la libéralisation de l’avortement, soldée par la loi qui a été votée en 1990.
Début des années 80 apparaît le SIDA. Nous nous mobilisons pour lutter contre l’exclusion des séropositif, nous développons un autre type de prévention par une information déculpabilisante et nous organisons des dépistages.

Au delà de l’aide aux personnes, il s’agit de combattre la répression de la sexualité, de soutenir l’émancipation des femmes, des minorités sexuelles et des jeunes.

Comment ?

  • Par des consultations médicales, psychologiques, juridiques et un accueil qui privilégient l’écoute sans jugement.
  • Par des interventions sur le Campus universitaire, débats, projections de films, organisation de colloques.
  • Par la remise en question des rapports hiérarchiques tant au sein des consultations que entre les travailleurs de notre institution.

Aimer à l’ULB a fonctionné pendant des dizaines d’années sur le mode autogestionnaire.

Aimer à l’ULB s’est mobilisée, et se mobilise encore toujours pour une sexualité libre et responsable.